Présentation

Amadou Tidiane Wone, écrivain et éditeur engagé

ACCUEIL 9 Présentation

Écrivain, éditeur et panafricaniste, Amadou Tidiane Wone prône une affirmation positive de l’identité africaine par une vision sociale, culturelle et politique d’émancipation des africains. Il oeuvre pour un mouvement qui vise à défendre et à unifier les africains du continent et de la Diaspora en une communauté africaine globale.

Depuis quelques années, le cœur de son action est de concientiser sur la croyance que les peuples d’Afrique et de la Diaspora partagent une histoire et une destinée communes et que leur progrès social, économique et politique dépend de leur unité.

Amadou Tidiane Wone

A PROPOS

UN BLOG, POURQUOI ?

Aussi loin que remonte ma mémoire, en fait depuis que j’ai appris à lire et à… écrire, je suis un passionné du livre, de la lecture et de l’expression écrite de mes idées. Des cahiers d’écolier aux colonnes des journaux sénégalais, notamment depuis une trentaine d’années, je publie régulièrement mes avis et opinions sur différents sujets. Avec l’avènement de l’Internet et la puissance de plus en plus tyrannique des réseaux sociaux, je m’adapte à ces nouveaux canaux et supports de diffusion.

La plupart des sites internet sénégalais m’ouvrent régulièrement, et généreusement, leurs colonnes. Je salue leur apport inestimable à la liberté d’expression, ainsi que leur contribution décisive à la diffusion d’opinions alternatives au monologue des pouvoirs.

Pour rassembler en un seul lieu mes contributions éparpillées sur plusieurs sites différents, j’ai entrepris la création d’un support dédié où je pourrai rassembler mes publications passées et publier, le plus régulièrement possible, de nouvelles contributions, des vidéos, des articles de presse et autres bandes sonores.

Je me propose également de publier sur ce site des articles et contributions d’auteurs dont je partage la sensibilité, même si nos opinions peuvent diverger sur certains points. L’essentiel étant la pertinence du sujet, la qualité du traitement apporté à l’écriture ainsi que la rigueur des arguments.

Bienvenue et n’hésitez pas à nous faire part de vos critiques et suggestions !

Qui suis-je ?

Le sens de mon engagement

Amadou Tidiane Wone-atw

J’ai eu un engagement précoce. Happé aux portes du lycée par les souffles idéologiques venant du monde entier, et particulièrement des pays dits de l’Est d’alors, je suis rentré en « politique » comme on entre en religion. Au sortir de la crise majeure de 1968, les cours de nos lycées vibraient aux échos des combats de nos aînés. Nos héros avaient des visages et des noms proches de nous, de nos envies et de notre ardent désir de changer le monde.  Toujours à la pointe du combat des mouvements d’élèves et d’étudiants, j’ai grandi et muri au rythme de la nécessité d’une indispensable reconquête de la trajectoire historique normale de nos pays. Et de notre continent, l’Afrique. La parenthèse de la colonisation, et des humiliations qui nous sont faites depuis plusieurs siècles, doit être définitivement refermée.  Il est plus que temps !

Du temps de la Guerre froide, qui est celui de notre adolescence, le monde fonctionnait sous la forme de deux blocs antagoniques : l’un capitaliste, et de plus en plus impérialiste, et l’autre socialo-communiste qui cherchait à étendre ses tentacules en fédérant les pays dits du Tiers-Monde. Les pays regroupés sous ce concept étaient essentiellement d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Une solidarité agissante, fondée sur une légitime aspiration à plus d’équité dans les relations internationales, sera célébrée à la fameuse Conférence de Bandoeng en 1956. Celle-ci va révéler et consacrer de nouveaux leaders charismatiques qui feront rêver ceux de ma génération. Le temps me semble venu de tirer une leçon de ces époques, passionnantes et enrichissantes, en guise de viatique pour aujourd’hui…et demain !

Une grande partie du 20eme siècle aura donc été le théâtre de ces enjeux de domination et de partage du monde dessiné à Berlin. Les deux guerres mondiales, les conquêtes coloniales et les luttes d’indépendance ont contribué à consolider l’Ordre inique du monde décidé hors la vue des principaux concernés. Avec plus ou moins de bonheur des peuples, armes à la main, ont reconquis liberté, dignité et indépendance. D’autres ploient encore sous le joug de plus en plus insupportable de forces économiques et financières sans états d’âmes.  Les années 80 consacreront, en effet, la déliquescence du Bloc de l’Est laissant le monde aux crocs d’un bloc capitaliste ultra libéral, lui-même aux ordres d’oligarchies militaro-industrielles et financières. Ces pouvoirs qui défient de plus en plus les puissances publiques, incarnées par des Etats organisés et normés dans le sens d’un équilibre des pouvoirs et de la protection des droits individuels et collectifs semblent désormais hors de contrôle ! Des sociétés privées de mercenaires vont jusqu’à proposer leurs services à des Etats défaillants pour assurer leur sécurité et il se trouve des gens pour s’en réjouir…

Nous vivons donc une époque nouvelle, singulière. La guerre, en tant que mode de domination a changé de formes. Les forces dominantes du monde contemporain ont sophistiqué les méthodes d’asservissement des populations, pour les réduire à un large bétail de consommateurs, soumis et dociles. L’irruption de l’internet et la tyrannie des réseaux sociaux, imposent un nouvel agenda à l’Humanité en allant à la conquête des individus jusque dans leur intimité par l’introduction de nouveaux outils de communication. Les smartphones et les nombreuses applications qu’ils supportent sont les instruments du Soft Power dont les véritables détenteurs ne sont jamais visibles.

Face à tous ces défis, l’Afrique a ses atouts intacts. Des ressources naturelles sans limites. Une jeunesse potentiellement disponible.  Un Continent à bâtir !   Ce qui nous fait terriblement défaut ? Un leadership inspiré, engagé lucide et courageux !

Le seul sens de mon engagement c’est de contribuer à le faire émerger à partir de mon pays, le Sénégal et de notre sous-région, l’Afrique occidentale.

Repères

Dates clés

^
2013- à nos jours

Les Éditions Madiba

Directeur général

Lieu: Dakar, Sénégal

^
2010 - 2012

Gouvernement du Sénégal

Ambassadeur de la République du Sénégal au Canada

Lieu: Ontario, Canada

^
2004 - 2009

Agence Nationale pour l’Organisation de la Conference Islamique (ANOCI)

Responsable de la division culture et mobilisation

Lieu: Dakar, Sénégal

^
2001-2003

Gouvernement du Sénégal

Ministre de la culture de la République du Sénégal

Lieu: Dakar, Sénégal

^
2000 - 2001

Gouvernement du Sénégal

Conseiller culturel du Président de la République du Sénégal

Lieu: Dakar, Sénégal

DÉMISSION DE L’ORDRE DE LA LÉGION D’HONNEUR FRANÇAISE

Retrouvez ci-dessous, in extenso, ma lettre ouverte adressée au Président Macron.

Lettre ouverte à Emmanuel Macron

Contexte: 

Un journal presque confidentiel, Charlie hebdo ex Hara-kiri, a fait de la provocation son style et de l’outrance son gagne-pain. Tant que ces dérives restaient confinées dans l’espace hexagonal, ou le cercle limité de la francophonie, l’on aurait pu ne pas s’y intéresser outre mesure. En effet : « avant janvier 2015, Charlie Hebdo sortait tout juste d’une période financièrement difficile. Avec un tirage de 60 000 exemplaires et moins de 30 000 ventes par semaine (dont environ un tiers sur abonnement)…» Source Le Point

Ainsi donc, ce canard boiteux de la presse de caniveau cherchait désespérément le moyen de se sortir du trou dans lequel l’indifférence publique l’avait confiné. Quoi de mieux, pour faire parler de soi, que de s’attaquer à une célébrité, se sont dit les promoteurs de ce torchon. Et qui est plus célèbre que le Prophète de l’Islam ? Plagiant, sans honte, le précurseur danois en ignominie, la rédaction de Charlie Hebdo publie, à la Une, un dessin qui masque à peine l’indigence mentale de son auteur. Avec un seul objectif subliminal : créer le buzz afin d’augmenter leurs ventes et sauver leur journal de la faillite. Jusqu’ici rien de glorieux. Ni de héroïque. Rien que du pilotage, à courte vue, d’une rédaction qui tente de sauver son organe du naufrage.

Il se trouve que Charlie Hebdo n’avait pas pris la pleine mesure de l’outrage, ni de ses conséquences telluriques, sur près de deux milliards de croyants dont le Prophète Mouhammad (PSL) est le leader, la référence, la boussole.  Cet homme exceptionnel est à la tête d’une communauté humaine multiraciale, enjambant frontières administratives et étatiques, toutes conditions sociales confondues, depuis 14 siècles ! Qui dit mieux ?  Le Coran, dont il est le transmetteur, est le livre au plus fort tirage de tous les temps : plus de 3 milliards d’exemplaires, vendus ou offerts, en circulation permanente ! Rien à voir avec les plus forts tirages de Charlie Hebdo au pic de la polémique. Plutôt de la bulle médiatique, malencontreusement entretenue par quelques marginaux de la classe politique et intellectuelle française. Au mépris de toutes les valeurs fondatrices de la civilisation de l’universel, entendue comme la confluence des différences qui exhaussent et expriment ce que l’homme est de meilleur. En effet, une ambiance délétère de stigmatisation de la communauté musulmane mondiale prend forme et pourrait donner naissance, si des esprits éclairés ne se manifestent, à une tragédie universelle aux conséquences incalculables.

Monsieur le président Emmanuel Macron,

Dans ce contexte périlleux, l’on se serait attendu, de la part du dirigeant de la France, à un certain sens de la mesure ou, tout au moins, à de la retenue. En plus d’une capacité de discernement qui apprécie correctement les risques géopolitiques et stratégiques d’une confrontation avec le monde musulman. Bien au contraire ! Et depuis la republication de dessins insultants et inadmissibles pour les musulmans, vous avez pris fait et cause pour la transgression. Vous avez cherché à transformer les outranciers en héros.  Au mépris de la profondeur de la peine causée à des milliards de croyants. Les yeux rivés sur les enjeux de la politique intérieure française, notamment la récupération de l’électorat des extrêmes, vous procédez à une théâtralisation de la douleur compréhensible des familles des victimes, pour tenter d’en faire le ciment d’une légitimité populaire qui vous fait tant défaut. A l’excès. Les autorités danoises n’avaient pas emprunté ce chemin déraisonnable. Un chef d’Etat doit se tenir à équidistance des communautés qui composent la Nation qu’il dirige. Nul ne peut plus nier l’existence d’une composante musulmane de la nation française ! Héritage de l’histoire coloniale de la France, conversions de plus en plus nombreuses de citoyens français de souche. L’islam, en France, est une réalité en constante progression. N’en déplaise à ceux qui veulent réduire la France à leurs fantasmes d’un monde révolu qui a donné naissance à de nouvelles réalités humaines, démographiques et sociales.

Outre le fait qu’il est de plus en plus discutable de faire porter le chapeau systématiquement, à l’islam et aux musulmans pour tout attentat terroriste, il est temps de se demander pourquoi l’assassin de Samuel Paty a été tué au lieu d’être arrêté pour les besoins de l’enquête. C’était juste un adolescent armé d’un… couteau face à une brigade d’intervention de la police française. Des professionnels donc. Il n’est pas interdit de réfléchir non plus…

Au sujet de Samuel Paty, il serait judicieux de se demander s’il est légitime, dans une démocratie qui repose sur le triptyque : Liberté-Égalité-Fraternité, de demander à une partie des élèves de sa classe de sortir parce que le cours qu’il allait donner pourrait les choquer. Monsieur Paty savait donc, dès le départ, qu’il allait faire du mal. Ne serait-ce qu’à certains de ses élèves qui ne sont coupables de rien. Comment qualifier cette posture ? Liberté d’expression ou provocation inutile ? Ce débat de fond est noyé dans l’unanimisme de façade imposé par le rouleau compresseur médiatique qui nous empêche, même de penser.

En conséquence, au nom de quelle idée de l’honneur avez-vous décidé de porter monsieur Paty à la dignité de récipiendaire des insignes de l’ordre de la Légion d’Honneur française ? Pour un acte, au fond, indigne d’un enseignant digne de ce nom ? Chargé de porter les esprits de ses élèves à maturité,  pour les rendre aptes à vivre dans un monde multiracial et multiconfessionnel où chaque être a le droit inaliénable de vivre dans la paix, monsieur Paty est passé à côté de sa mission. Par-delà l’émotion, il faut aussi faire appel à la raison. Sans passion ni animosité. En toutes circonstances, la République doit rester équitable et équidistante. C’est cela son honneur.

Démission

 Lorsque j’ai été décoré et porté à la dignité d’officier de l’ordre de la légion d’honneur française, j’en avais éprouvé une certaine fierté. Je m’honorais de rejoindre le cercle prestigieux de ceux dont la France célèbre le mérite en dépit des vicissitudes de l’Histoire. Et j’ai toujours arboré avec fierté la rosette au revers de mon veston comme un symbole de fraternité à réinventer, de liberté à célébrer et d’égalité à conquérir.

Francophone et francophile sur bien des aspects culturels et artistiques, je suis musulman, africain et noir. C’est de ce promontoire que je m’adresse à vous.

Aujourd’hui, je ne me sens pas honoré de partager le même ordre que Samuel Paty pour des raisons profondes et sacrées. La défense de l’honneur du Prophète Mouhammad (PSL) passe, pour moi, bien avant la simple vanité d’une distinction temporelle. Musulman, je répète plusieurs fois par jour l’attestation selon laquelle : « Il n’y a de Dieu Qu’Allah et Mouhammad est son Messager. » Cette conviction donne son sens à tous les actes posés, au quotidien et en toutes circonstances, par chaque musulman. Je devrais dire chacune de nos respirations, célèbre Allah et Son Messager ! Car nos regards de mortels scrutent l’horizon de la vie éternelle avec foi, certitude et confiance.

Nous ne vivons donc pas dans le même monde monsieur Macron !

Et nous sommes près de deux milliards d’êtres humains à nous tourner 5 fois par jour, au moins, dans la même direction (la Kaaba) pour affirmer notre soumission volontaire à l’Ordre divin qui nous a été transmis par le Prophète de l’Islam. De votre univers, vous nous prenez certainement pour des attardés ! Je ne vous dirai pas ce que nous pensons de vous. Car la tolérance religieuse est la marque de fabrique de la dernière religion révélée : l’Islam. Celle qui a confirmé toutes les révélations antérieures ! la Torah, l’évangile et le Coran ont jailli de la même source. Moise, Jésus et Mouhammad sont frères, Prophètes et envoyés du même Dieu : Allah ! Tels sont les principes fondateurs non négociables de l’Islam, religion de synthèse et de restauration de l’harmonie au sein de toute l’humanité.

Au nom de tout ce qui précède, et de tout ce que mon cœur contient d’inexprimable, je démissionne de l’ordre de la légion d’honneur française et tiens à la disposition de l’Ambassade de France à Dakar les insignes et l’attestation y afférents.

Pour l’honneur du Prophète Mouhammad !

(Paix et Grâces divines sur Lui et sa sainte famille)

Amadou Tidiane Wone, ancien ministre, ancien Ambassadeur

Quelques explications en vidéo lors de mon passage sur la TFM

Publications

Mes derniers livres

Amadou Tidiane Wone - Resistance

" Il est temps d'organiser une nouvelle forme de résistance. La résistance culturelle et intellectuelle. Celle qui oppose aux intelligences qui organisent notre exploitation, des intelligences libératrices et productrices de sens " dit l'auteur dans cet ouvrage qui se veut une contribution à ce débat devenu incontournable pour les élites africaines.

Le-crepuscule-des-vanites

Dans un pays lointain d'un Continent improbable, Mayata - l'immortel -, dernier héros romantique d'une génération de révolutionnaires épris de liberté et de pureté, lutte efficacement contre les vestiges coloniaux, les prévarications, la corruption et la gabegie des nouveaux rois nègres. Il tombe au champ d'honneur, victime des thuriféraires « des soleils truqués ». Le flambeau est repris par une nouvelle génération, avec à leur tête un chef emblématique et décidé qui, au prix d'une savante organisation, réussit la révolution. Mettant ainsi fin à la fatalité de l'échec et à la forclusion de l'Espoir. Ce livre est écrit dans une langue flamboyante et maîtrisée; construit comme un roman policier, dans un style corrosif, décapant, il tient le lecteur en haleine de bout en bout. Chemin faisant il restitue à l'histoire politique du Sénégalais de ces trois décennies, des pans entiers de sa mémoire occultée par de nouvelles impostures. Il est construit comme une allégorie et procède d'une profonde connaissance du mal africain et constitue, au-delà de sa valeur littéraire certaine, une excellente introduction aux problèmes qui agitent le continent africain tout en donnant des raisons nouvelles d'espérer. Voici donc un livre polyphonique, étincelant; délicieusement rafraîchissant.

Ce livre aurait pu tout aussi d'intituler " la Tragédie d'un homme ridicule ". Son héros n'a pas de nom: il s'appelle Cappitaine. Comme si ce surfait résumait à lui seul la tragédie de ces fils dAfrique partis tuer ailleurs pour une guerre qui n'était pas la leur.

C'est l'histoire hallucinante, profondemment ambiguë d'une déraison, celle des laissés-pour-compte, des oubliés qui vivent de souvenirs dans la tragédie de leur espérance brisée. Capitaine, un personnage tendre, absurde et inquiétant à la fois, est en quête passionnée d'une spiritualité purifiée, exigeante, d'une identité perdue quelque part entre le poids des traditions altérées et la force "des richesses pérégrines ". Pourquoi donc ce thème omniprésent dans la littérature négro-africaine? C'est peut-être ârce que dans cette Afrique noire ubuesque, en proie à toutes les calamités, la folie est la seule forme, la seule expression qui désormais vaille, d'une lucidité authentique.

Voici donc un livre sur les anciens combattants, écrit avec une belle langue, avec un sens certain de l'intrigue, foisonnant de symboles, au dénouement inattendu, qui ne alissera personne indifférent.

Archives

« SECRET DÉFENSE » : s’entendre sur les maux…

« SECRET DÉFENSE » : s’entendre sur les maux…

A force d’user, abusivement, de certains mots et concepts, on les banalise. On les verse dans le langage commun et, au fil du temps, ils perdent la charge de sacré qui en faisait la force et le mystère. Il en est ainsi, malheureusement, du « SECRET DÉFENSE »...

lire plus
Déconstruire nos esprits et purifier nos coeurs

Déconstruire nos esprits et purifier nos coeurs

A Pape Allé NIANG… QUE FAIRE ? Cette question simple et brute se pose à tous les moments de notre existence. Elle jalonne nos vies et oriente nos prises de décisions au quotidien.  Notre esprit est constamment sollicité par cette interrogation et les...

lire plus
Jour de convocation…

Jour de convocation…

Jour de convocation… Tous les jours, les citoyens sénégalais vont et viennent, pour répondre à des convocations de toutes sortes. Pour des raisons multiples et variées. Tous les jours, la Justice traite et évacue des dizaines d’affaires qui scellent des sorts,...

lire plus
CHRONIQUE RÉSILIENTE

CHRONIQUE RÉSILIENTE

La Confiance n’exclut pas le Contrôle… Économique… « L’indépendance n’est pas l’acte isolé d’un jour, mais un combat permanent, qui se gagne également sur le front de la sécurité alimentaire. C’est ce qui ajoute à la souveraineté nationale un surcroit de liberté »....

lire plus
Cri du cœur en chœur !

Cri du cœur en chœur !

Tous les sénégalais ressentent un mal-vivre de plus en plus envahissant dont ils cherchent,  vainement, à trouver les causes profondes. Par défaut,  chacun d’entre nous voit en l’autre, qui n’est pas lui, le responsable du désordre ambiant. Le Pouvoir pour...

lire plus

Contactez-moi pour

Échanger

Une question, une contribution ?
N'hésitez pas à me contacter !