NOUVEL ORDRE MONDIAL, OPPORTUNITE OU APOCALYPSE ?

Mamadou DIOP

m

« Nous sommes sans doute en train de vivre la fin de l’hégémonie occidentale… ».

Qui a prononcé ces lourds propos ? Ce n’est ni Poutine, ni Erdogan, ni Xi Jinping ni Raïssi, ni Goïta. Les présidents respectifs de la Russie, de la Turquie, de la Chine, de l’Iran et du Mali, n’ont pas fait ce constat. C’est un pur produit de l’insolence et de l’arrogance occidentales qui en est l’auteur. Et quand Emmanuel MACRON le dit, il faut bien le croire. A ma connaissance, il est le premier dirigeant du camp occidental à reconnaître un fait aussi irréversible que le déclin d’un ordre mondial qui, depuis le 19° siècle, a écrasé sous ses pieds la souveraineté des autres pays, mettant en coupe réglée leurs économies, leurs politiques et même leurs cultures.

UNE GUERRE BIENVENUE ?

Nous sommes au septième mois de la guerre russo-ukrainienne et nous ne percevons pas encore les prémisses de sa fin. Ce que les « experts » nous disent, c’est que la Russie ne la perdra pas. Il en va de sa survie en tant que superpuissance mondiale, et même en tant que nation.

Les Occidentaux ont déjà perdu la bataille des sanctions multiformes infligées au pays de Poutine sans le plier. Pire, certaines de ces sanctions se sont retournées contre eux, et, à ce qu’il semble, cela ira de mal en pis risquant de provoquer la révolte de leurs opinions publiques. Il n’est pas utopique de prévoir que certains de leurs dirigeants feront les frais de ces menaces qui vont de plus en plus peser sur la stabilité et la cohésion nationales. Après Boris Johnson, qui ?

Ce qui se dessine actuellement, c’est un bouleversement radical d’un ordre mondial qui pourrait entraîner des changements profonds et durables dans les relations entre des pays qui ne se soucient que de domination et d’exploitation d’une part, et d’autres dont l’intérêt supérieur est de recouvrer leur souveraineté totale sur leurs ressources, leurs politiques et leurs cultures, d’autre part.

LE CHOIX DE L’AFRIQUE

La position de neutralité adoptée jusqu’ici par l’Afrique devant le conflit russo-ukrainien, semble avoir surpris le monde. Je ne crois pas que ce soit dicté par l’éloignement du champ de bataille. Dans l’état actuel des relations internationales, aucun conflit n’est jamais trop loin. Si la Russie était acculée par ses ennemis occidentaux, qui pourrait exclure le recours à des frappes  nucléaires dont la menace a été brandie par Poutine lui-même ? Dans la même logique, croyons-nous que dans ce cas, la Russie épargnerait les pays africains où la France néocolonialiste entretient des bases militaires dotées d’armements dont la composition n’est pas forcément connue des dirigeants locaux ?

Voilà une des facettes les plus cruelles de l’absence de souveraineté dans laquelle des dirigeants véreux et soumis totalement aux intérêts de l’ancien colon maintiennent leurs pays les exposant à entrer dans des conflits meurtriers qui ne sont pas les leurs.

Pour l’heure, l’intérêt de l’Afrique est de maintenir sa neutralité afin de se tenir à l’abri (et peut-être même de tirer profit) d’affrontements dont les enjeux lui échappent. Qu’importe la réaction irrespectueuse du président français qui trouve là une nouvelle occasion de l’insulter en l’accusant d’hypocrisie.

C’est ici qu’il faut saluer la lucidité et le courage d’un pays comme le Mali qui a choisi de reprendre sa liberté pour déterminer, en toute souveraineté, ses choix de politiques nationales y compris monétaires, les conditions de préservation de son intégrité territoriale, les critères de sélection de ses partenaires et s’assurer le recouvrement intégral de l’exploitation de ses ressources naturelles.

UNE OPPORTUNITE A SAISIR

Le Mali sort à peine d’une situation tragique dans laquelle des pays « frères », aux ordres, l’avaient confiné par des sanctions drastiques. Cette résilience n’a tenu qu’à la faveur de la cohésion et de la solidarité dont les dirigeants et le Peuple maliens ont fait preuve dans l’épreuve que leur avaient imposée leurs « partenaires » de l’UEMOA et de la CEDEAO sur ordre de leurs maîtres du Nord. Alors, quand le Sénégal se pose aujourd’hui en candidat à la médiation entre le Mali et la France, nos frères de l’Est ne savent pas s’il faut en rire ou en pleurer d’indignation.

Qui sème l’arrogance, récolte la haine. Le Gouvernement de Macron s’est signalé, ces dernières années par des propos et un comportement désastreux à l’encontre des Autorités maliennes provoquant des réactions virulentes de celles-ci. On se demande bien pourquoi Macron et ses collaborateurs passent leur temps à dénoncer ce qu’ils appellent « le développement d’un sentiment antifrançais » ? Ne voient-ils pas un lien entre les gestes posés par les Autorités maliennes (expulsion de l’Ambassadeur et des soldats français, plainte à l’ONU contre l’ancien colon…), l’accueil humiliant que Poutine avait réservé à Macron, et l’absence de résultats du dernier voyage que ce dernier vient d’effectuer à Alger à la tête d’une délégation de plusieurs dizaines de personnes ?

Ce n’est pas hasard si, au moment où le Mali reprend possession de ses ressources minières et envisage de battre sa propre monnaie, nous apprenons que la Russie et l’Iran prévoient de créer un cartel mondial du gaz et que Moscou va lancer une bourse de métaux précieux.

Par ailleurs, on sait que la Russie et ses grands partenaires du BRICS étudient, depuis quelques années, les modalités d’une « dédolarisation » de l’économie mondiale ; les pays africains, comme le Mali, dotés d’immenses ressources minières, devraient suivre de près cette initiative et y adhérer pleinement en vue de profiter au maximum de la création d’une nouvelle monnaie de réserve internationale.

Si l’exemple malien fait tache d’huile, le coup fourré de la création de l’ECO Macron-Ouattara ne marchera jamais, et il ne faut pas exclure une implosion des deux entités sous régionales de l’Ouest africain : l’UEMOA et la CEDEAO. Si nous faisons montre de courage et de détermination, la France n’y pourra rien ; n’oublions pas que sans l’Afrique, ce pays passerait de la cinquième à la quinzième place dans l’économie mondiale.

Au moment où les Européens semblent comprendre les risques attachés à leur naïveté et à leur servitude volontaire vis-à-vis de leur « allié » américain et parlent de plus en plus d’une « union politique », l’Afrique  doit se lancer résolument dans la recherche franche d’une intégration et d’une solidarité agissantes qui, seules, pourraient lui assurer la place qu’elle mérite dans le concert des nations du fait de ses immenses atouts. Le monde bouge, ne restons pas en rade. Ce n’est pas en jouant les mendiants sans frontières dans des rencontres comme le TICAD ou les sommets France-Afrique que nous échapperons à ce destin tragique.

C’est tout le sens de ces fortes paroles de Nelson Mandela : «Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne sommes pas à la hauteur. Notre peur fondamentale est notre absence de conscience de notre puissance sans limite. C’est notre propre lumière, plutôt que les ténèbres des profondeurs, qui nous fait le plus peur ».

Ce sont nos dirigeants qui ont peur, et seulement pour leur fauteuil. Idrissa Gana Guèye et Sadio Mané, par des actes de refus courageux, ont démontré à la face du monde que la sauvegarde de notre dignité valait tous les risques.

 Mamadou DIOP

le 30 – 08 – 2022

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Autres Articles

Étude la loi N°95-64

Étude la loi N°95-64

« À chaque fois que l’Etat se débarrasse d’un terrain nu ou bâti, il faut l’intervention d’une loi » dixit Alla Kane : réponse...

Méditations, Ramadan 1443

Méditations, Ramadan 1443

« En vérité, dans la création des cieux et de la terre, et dans l’alternance de la nuit et du jour, il y a certes des signes pour les doués...

Tout compte fait !

Tout compte fait !

Tant que l’Etat avait le monopole de la communication publique, les gouvernants, notamment africains, avaient beau jeu de parader devant des...