Un feuilleton sans fin ?

Amadou Tidiane Wone

Écrivain, éditeur et panafricaniste. Ancien Ministre de la Culture et ancien Ambassadeur du Sénégal au Canada.

« Quand on est emmerdé par une affaire, il faut susciter une affaire dans l’affaire, et si nécessaire une autre affaire dans l’affaire de l’affaire, jusqu’à ce que personne n’y comprenne plus rien »

Ce « théorème » prêté à Charles Pasqua, homme politique français truculent à la verve méditerranéenne et au verbe haut,  débité avec l’accent typique des gens du sud de la France,  me semble bien à propos au sujet du nouveau rebondissement dans l’affaire Ousmane SONKO.

Juste pour mesurer d’où l’on vient, n’oublions pas que Monsieur Ousmane Sonko était poursuivi depuis plus de deux ans pour une affaire de «  viol avec menaces de mort ». Le juge a disqualifié ces faits allégués en « corruption de la jeunesse…» Un jugement rendu « par contumace, » c’est-à-dire «  par refus de comparaitre devant le tribunal » aurait dû avoir des conséquences de droit une fois le prévenu…retrouvé ! Mais non. Le prévenu pourtant repéré, encerclé  pendant plus de 50 jours n’a toujours pas fait l’objet de l’application des peines qui lui avaient été infligées… Non ! On avait plutôt semblé, ces jours-ci, alléger le dispositif sécuritaire qui l’entourait. Un dispositif, au demeurant, non fondé sur une décision de justice. A notre connaissance. Voyant cela, on aurait pu espérer  un dégel, une sorte de décrispation afin que la politique, au sens honorable du terme, puisse retrouver ses droits. Et que le Sénégal puisse retrouver la sérénité qui est sa marque de fabrique cette fameuse « Teranga », qui conjugue joie de vivre et bien-être collectif!

Négocier n’est pas déshonorant en politique. Se parler est un privilège du genre humain ! Savoir s’écouter et se comprendre est un signe distinctif des grands esprits. Dialoguer est une nécessité impérieuse en toutes circonstances : Il faut juste que les règles du jeu soient claires. Que les résultats d’un quelconque «  dialogue politique » ne soient pas obtenus au détriment des intérêts supérieurs du peuple souverain au profit d’une caste de politiciens sans imagination… Ne suivez pas mon regard….

Ainsi donc, voilà où nous en étions…

 Hélas ! Le feuilleton semble s’emballer derechef et trouver un rebondissement inattendu dans une nouvelle …affaire de «  vol de portable » dont la victime serait «  une femme gendarme « tombée en panne » juste en face du domicile d’un condamné « par contumace » Ousmane Sonko himself !  Soit. Mais il se trouve qu’au lieu de se préoccuper de réparer son véhicule,  la dame aurait été prise en flagrant délit de prise d’images sur un domicile privé… (Est-ce légal ?) Alors, Ousmane Sonko dont le domicile était entrain d’être filmé aurait «  volé » le téléphone de la victime. «  Femme gendarme » de son état !

 « Volé » ou confisqué ? That is question !

Vite un Doliprane ! Car tout cela fait un peu désordre dans un état de droit ! Tout cela sent l’amateurisme et l’improvisation. A un point tel que le feuilleton en devient lassant. Terriblement. Quand on pense à tous ces morts, ces pillages, ce pays si profondément abîmé,  on se demande : pourquoi ? Pour qui ? A quelles fins ? A quel prix ?

Il est temps que des voix plus autorisées que la mienne s’élèvent pour :

  •  Exiger un retour à la JUSTICE pour TOUS.
  • Appeler à la restauration de l’esprit des lois ainsi que le strict respect, par TOUS Des droits constitutionnels de CHAQUE CITOYEN
  • Une exigence de reddition des comptes par TOUS. Sans passe-droits. Ni privilèges indus

Sinon les jours et les mois à venir vont nous plonger dans l’œil du cyclone.

A qui profiterait alors le désordre ? Réfléchissons vite et agissons bien.

Amadou Tidiane WONE

info@amadoutidianewone.com

www.amadoutidianewone.com

Commentaires

2 Commentaires

  1. Hamala Diop

    La bêtise de ce régime est une évidence. Les derniers développements ressemblent aux soubresauts d’un animal mis à mort.
    C’est quoi un décret non publié ?
    Les chefs d’accusation ne constituent pas des preuves pouvant justifier une quelconque interdiction. Epuisons d’abord toutes les voies de recours légales. Le combat final vient seulement d’être engagé.
    Maki semble préférer une fin effroyable à un effroi sans fin.
    No pinthia !

    Réponse
  2. El Hadji Malick DIA

    Je suppose que vous pensez aux marabouts, qui, à l’image de Serigne Abdoul Aziz Dabakh, servaient de régulateurs totalement désintéressés. Les marabouts actuels ont abdiqué à cette noble et historique mission. Le pouvoir de Macky Sall ne se soucie guère des lois de la République, ont commis les crimes en tous genres pour laisser la succession entre les mains de patriotes qui leur demanderont des comptes, et ce, sans complaisance ni compromission. Nous sommes à l’enterrement, d’une manière lâche et immonde de la démocratie. Voilà des gens qui utilisent perfidement les outils colossaux que la population s’est sacrifiée à mettre à leur disposition, pour détruire des compatriotes. C’est révoltant. Notre République est tombée très bas, et leurs auteurs, à commencer par Macky Sall et sa clique figurent dans les pages les plus sombres de notre histoire. Comme nos FDS sont devenues politiques, à l’image des tontons macoutes et autres polices de Mobutu, ils peuvent continuer à faire des arrestations à leur guise. La résistance n’en sera que plus farouche. Nous ne sommes pas nés pour étre les larbins de qui que ce soit, à fortiori, d’une caste sortie de nulle part.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres Articles

Rester Focus !

Rester Focus !

Le 24 mars 2024, le peuple sénégalais a fait une option, claire et sans équivoque, pour un changement résolu et définitif d’avec le train-train...

Rupture 

Rupture 

Rupture ! Ce mot magique est sur toutes les lèvres. Comme un appel pressant, une soif incompressible de défricher une voie d'avenir conforme...

Odeurs de gaz…

Odeurs de gaz…

Lorsque l’on assiste à une représentation théâtrale, les scènes se succèdent en plusieurs actes dans un déroulement pensé, réfléchi pour accrocher...

Ce que je crois !

Ce que je crois !

Nous vivons une époque bien singulière. La vanité des humains n'a d’égal que leur condition…humaine si fragile, si éphémère, relativement au temps...

Non !

Non !

Pour avoir été de ceux qui, depuis le début, ont exprimé publiquement leur soutien et leur sympathie à Ousmane Sonko ainsi qu’à Pastef-...

Parlons vrai !

Parlons vrai !

Un être cher m’a appris : Il y’a quatre manières de perdre son temps : Ne rien faire Faire ce que l’on ne doit pas faire Le mal faire Le...

Et maintenant ?

Et maintenant ?

On ne peut plus fermer les yeux sur les exactions violentes, et de plus en plus inacceptables, qui se déroulent en plein jour dans l’espace public...

Au nom de quoi ?

Au nom de quoi ?

« Il n’y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l’on exerce à l’ombre des lois et avec les couleurs de la justice. » Montesquieu Notre...

Réfléchissons !

Réfléchissons !

Et dès l’abord un rappel: « O hommes! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus,...