Le chroniqueur, le politologue, le communicant, l’influenceur et le journaliste.

Sn-221_atw-221

Journalistes idéologues de groupuscules, chroniqueurs au rabais, politologues n’ayant jamais publié le plus petit ouvrage d’analyse politique, communicants professionnels ou improvisés, ils inondent l’espace public de propos et réflexions inadaptées à nos réalités ou incapables de relever le niveau des débats. Il n’y a aucune rigueur dans l’effort d’intelligibilité des faits ni même dans la recherche de l’objectivité. L’humeur et l’émotion étant les seuls repères, chacun y va de sa logique qui pour animer des débats, qui pour faire des chroniques manifestement partisanes, qui pour inhiber complètement la tenue d’un débat lucide, apaisé et argumenté. Tout ce petit monde « répand l’anarchie dans les âmes » en poursuivant des fins intéressées, comme le pouvoir et l’argent.

En temps normal, le journaliste, le chroniqueur, le communicant, l’influenceur et le politologue sont clairement discernables. Ce dernier, souvent nanti des sciences sociales, politiques, économiques, géopolitiques etc. est invité sur les plateaux pour apporter de la lumière aux évènement politiques en cours ou passés. Un politologue digne de ce nom ne doit s’aventurer à lire des faits politiques que sa science ne permet nullement de comprendre.

Ses théories ne devraient donc pas suivre les émotions, seraient-elles les plus répandues et les plus corrodantes. Il ne sert à rien d’arborer le manteau de politologue, si c’est pour dire la même chose que le commun des Sénégalais répète à longueur de journée. A quoi sert sa science s’il est incapable d’aller au-delà du sensationnel et de l’émotionnel ?

Ce type de politologues qui offrent leurs services aux media ne sont d’aucune avancée pour la démocratie. Pire, ils contribuent à embrouiller l’esprit des citoyens et à ajouter dans la confusion. Le politologue, c’est d’abord la précaution scientifique qui permet de prendre de la distance critique par rapport aux évènement et aux acteurs. Un politologue, c’est aussi un génie à conceptualiser pour donner aux faits une intelligibilité. Un politologue dont les analyses rivalisent avec celle d’un Assane Diouf (s’il ne lui emprunte pas tout bonnement ses idées) est en réalité un activiste universitaire. C’est une activiste qui se voile derrière ses diplômes ou sa carrière universitaires pour faire de l’opinion une science.

En ce qui concerne certains chroniqueurs qui officient dans nos télés, leurs rôles dans les consciences est plus difficile à cerner et ce, pour plusieurs raisons. La première est qu’en général leurs « places » à la télé ne peut être justifiée par des connaissances académiques ni par une expérience reconnue. Leur intuition, leur grande gueule ou faculté à crier suffisent pour justifier leurs prestations dans les télévisions. Il n’est pas sûr que les « vertus » que véhiculent leurs prestations soient bonnes pour la formation d’une conscience citoyenne apte à analyser froidement les faits pour se faire une opinion qu’on peut motiver rationnellement. Leur fougue et la crudité de leur langage leur donne l’impression d’avoir un ascendant psychologique sur leur vis-à-vis ou même de dire la vérité alors qu’ils peuvent être à mille lieux de celle-ci.

Le communicant est un professionnel, un homme de métier qui vend son savoir- faire au plus offrant. Un communicant ne prétend pas dire la vérité ou délivrer une science ; son art est de trouver des artifices pour faire passer un message, des valeurs et des symboles afin de faire régner une culture ou une épistémè. Les grands communicants ne s’affichent d’ailleurs que très rarement : leur art est celui de la discrétion du « behind the scenes ». Il n’est pas en scène, il met en scène, pas forcément des hommes, mais des âmes, des esprits, de idées, des pensées. Son opération est plus technique que scientifique ; plus pragmatique que vraie ; plus politique que morale. Il sait à partir de quel moment le cerveau humain est disposé à consommer, qu’est-ce qu’il digère plus facilement et à quelle condition cette digestion se transforme en force de propagation d’idées ou de sentiments. Les grands communicants sont capables de faire passer le diable pour un saint, parce qu’ils maîtrisent les ressorts mentaux qui structurent l’esprit du grand public. Dans une démocratie d’opinion, ils sont d’autant plus redoutables qu’ils peuvent suggérer des conduites et des passions.

SERGE Tchakhotine a raison de penser qu’un « journaliste est aussi un ‘‘ingénieur d’âmes’’, il doit connaître parfaitement l’instrument sur lequel il joue – tout le clavier des pulsions et instincts humains, de leurs bas-fonds, de leurs sublimations ; il doit pouvoir provoquer à dessein, dans les multitudes, les réflexes conditionnés acquis, inhiber les uns, en désinhiber d’autres, en créer de nouveaux, déclencher des actions. » (Le viol des foules, par la propagande politique).

Certains journalistes sous le régime de Macky Sall marchent sur les pas sinueux de leurs devanciers, ceux de l’époque où l’investigation la plus difficile était de parler des scandales des Wade contenus dans les rapports d’audit ou des corps de contrôle. Ce que Tchakhotine appelle les réflexes conditionnés dans les foules n’est rien d’autre que l’appel sournois à haïr voire à attaquer ses adversaires de la façon la plus virulente et parfois de manière déloyale. Certains journalistes sont devenus des conducteurs d’âme à l’égarement tellement ils sont prisonniers de leur certitudes et de leur parti-pris non dissimulable. Chercher à inhiber une cible est chose récurrente dans le monde de la presse : certaines formules ou propos malveillants mettent la cible dans une posture impossible. Prétendre qu’un fils de Président a été arrêter dans un pays africain pour détention de chanvre indien en est une illustration : engager la dynamique de la dénégation, c’est déjà sombrer dans un cercle vicieux dont on peut plus sortir.

S’il est pratiquement impossible aujourd’hui encore d’instaurer un débat thématique dans les joutes oratoires entre camps politiques, cette génération de journalistes qui avaient décidé de faire de leur profession un moyen de promotion politique y sont pour quelque chose. Ils ont non seulement fait des émules (car le changement spectaculaire de leur niveau de vie inspire des idées aux jeunes), mais la pratique du journalisme a été, à cause d’eux, gravement dévoyée. Des journalistes à la critique acerbe ont toujours existé et existeront toujours ; des journalistes engagés politiquement, c’est un droit inaliénable ; des journalistes faisant des investigations pour éclairer la lanterne des citoyens, toutes les démocraties en ont besoin.

Mais quand l’investigation devient non un moyen de révéler la vérité mais de la dissimuler ou de la déformer, c’est une trahison professionnelle. Quand un journaliste profite de sa tribune pour inférer des raisonnements purement politique, c’est de la mystification. Et quand un journaliste instille dans les cœurs la haine et le mensonge dans les esprits, il n’est pas autre chose qu’un imposteur qui fait de sa profession un moyen de répandre des convictions politiques.

La démocratie moderne a ses communicants, ses lobbyistes, mais elle a aussi ses influenceurs. Dans chaque influenceur, il y a une synthèse de people et de communicant utilisant des techniques élaborées de persuasion et de « manufactuing » du consentement pour reprendre la formule de Noam Chomsky. À une époque où la vitesse et la paresse inhibent la culture de la lecture et de la recherche de l’information, les influenceurs remplissent ce vide. Ils lisent à notre place, regardent la télévision et font des synthèses faisant souvent office d’analyse. Ce que les followers recherchent à travers la fréquentation des pages ou des chaines des influenceurs, c’est le partage et la communication des convictions.

Certains influenceurs usent et abusent de leur notoriété pour s’attaquer à des hommes politiques, des leaders d’opinion, d’autres dans le but d’ouvrir un boulevard pour un autre. Il n’est pas rare de les voir endosser des combats qui ne sont guère les leurs, de prendre parti dans un conflit entre privés. Il est évidemment plus facile de s’imposer comme influenceur lorsqu’on a fini de faire ses premières armes dans des luttes d’intérêt social, national et patriotique. La crédibilité se conquiert dans le type de défis relevés ou affrontés. Il ne faut donc pas s’étonner de voir les voir dans toutes les sauces. Ils sont omniprésents dans la rue ou à défaut, dans les réseaux sociaux. YouTube est en lui-même un univers politique où il faut être compétitif ou disparaître dans le gouffre de la solitude.

La boussole d’une démocratie semble être l’opinion, c’est pourquoi tout homme politique, qu’il le dise ou nom, travaille à façonner ou manipuler l’opinion. Ils n’ont plus besoin de « se salir les mains », certains influenceurs les dispensent d’un tel labeur. L’action des influenceurs est omniprésente : sur Facebook, comme dans les media traditionnels, leur aura est au service des causes citoyennes, ils se définissent comme des apôtres de la vérité et de la vertu. Mais certains travaillent également à consolider ou à crédibiliser à critiquer ou à flétrir selon la position de l’homme politique qu’ils ont choisi ou qui les a choisis.

Faire un live sur Facebook suffit à certains pour déclencher une avalanche de commentaires et de partages ou encore des contre-post et la toile se déchaine, l’information ou l’évènement devient virale. Ce n’est pas pour rien que certaines mauvaises langues qualifient les influenceurs de « courtiers politiques » : ils sont capables de faire au diable une réputation de saint et de celui-ci une réputation de diable.

Pape Sadio THIAM

Enseignant chercheur

papesadio.thiam@gmail.com

Tél: 772425018

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres Articles

CHRONIQUE RÉSILIENTE

CHRONIQUE RÉSILIENTE

La Confiance n’exclut pas le Contrôle… Économique… « L’indépendance n’est pas l’acte isolé d’un jour, mais un combat permanent, qui se gagne...

LEÇONS D’UN SCRUTIN

LEÇONS D’UN SCRUTIN

Depuis de nombreuses années, l’Afrique offre l’image peu reluisante de la seule partie du globe où une élection semble toujours annoncer la fin du...

Tragique destin

Tragique destin

FOLLE AMBIANCE Plusieurs interventions d’intellectuels, d’hommes politiques et de journalistes publiées ces dernières semaines sur la toile, ont...

Tam tam et fanfares

Tam tam et fanfares

« Si Voter, Servait à Quelque Chose…Il y a longtemps qu’ILS L’AURAIENT INTERDIT ». ColucheElections… Piège Abscons !!! D’abord, je n’ai pas dit ça...

Tam Tam roulant …

Tam Tam roulant …

Pour que les Violons des Infrastructures ne nous Servent pas d’Urinoirs. « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en...

Discours sur le Joola

Discours sur le Joola

Monsieur le Président de la République, Dans votre adresse à la Nation suite à la tragédie qui a emporté plus d’un millier de nos compatriotes et...

Camouflet diplomatique!

Camouflet diplomatique!

Le Ministre des Affaires étrangères Sidiki Kaba avait, semble t-il, de bonnes raisons de se lamenter… au Mur des lamentations (!)  à l’occasion de...

Le Sénégal à coeur !

Le Sénégal à coeur !

Les mots, dits ou écrits, sont les véhicules qui transportent nos idées, nos pensées. Ils trahissent souvent nos émotions. Ils lèvent parfois le...

Jeu politique et hors-jeux…

Jeu politique et hors-jeux…

« Politique ? Po la tiggi ! » entend-on dire parfois « La politique, c’est vraiment un amusement, un jeu. » C’est ainsi que je tenterai de traduire,...