Coupe du monde 2022 : quelques remarques, interrogations et réflexions

Scandre HACHEM

Fin observateur de l’actualité nationale et internationale tout en gardant ses idéaux de jeunesse, Scandre HACHEM fut Directeur de bibliothèques en France. Ses activités politiques au sein de différentes organisations lui ont donné une expérience qui en fait pâlir plus d’un. Resté éloigné du pays pendant 40 ans, il retrouve sa terre natale après sa retraite en 2014.

Chercher l’erreur …

De nombreux réseaux, essentiellement de gauche, toutes tendances écologiques et féministes confondues, mus par des exigences de justice, de solidarité et de transparence, ont dénoncé à juste titre la corruption, estimée à quelques quatre cents millions, utilisée massivement par le Qatar pour obtenir l’organisation de la coupe du monde. Ils ont réussi, relayés crescendo en une poussée de plus en plus puissante par les médias mainstream, à entraîner dans leur mouvement une véritable mobilisation de masse à l’échelle européenne. Ils y ont rajouté la somme faramineuse d’un acte de corruption supplémentaire d’une centaine de millions de dollars pour que les jeux soient organisés en novembre et décembre au lieu de la période traditionnelle de juin et juillet compte tenu des conditions climatiques de ce pays et de l’extrême chaleur qui y règne. Il eût été pourtant logique et même nécessaire, une fois le choix fait sur le Qatar, de déplacer en conséquence la période à un moment adapté par simple respect des équipes engagées dans la phase finale de la compétition. En 1958, lors de la finale coupe du monde en Suède, dont l’équipe était pourtant finaliste, les instances suédoises ont recouvert la pelouse du stade la veille pour éviter la gelée de la nuit compte tenu du climat particulier de ce pays et de ses conséquences fâcheuses possibles sur leurs adversaires brésiliens. C’était une attitude similaire qu’auraient dû adopter naturellement les instances de la FIFA eu égard aux équipes engagées dans cette compétition.

On est en droit de penser que cette partie du deal entre le Qatar et les instances de la FIFA relevait plutôt du racket exercé sur celui-ci que de corruption de ces dernières. Tant qu’il y avait de l’argent à prendre, pourquoi ne pas en profiter pour en avoir toujours plus, n’est-ce-pas ? Qui dit corrupteur dit son corollaire le corrompu et son compagnon le racketteur. De nombreuses investigations laissent clairement entendre le soupçon sur les instances de la FIFA de corruption, exploitation sexuelle et pédophilie récurrentes. Plutôt que de se concentrer sur le seul boycott du Qatar, ces médias devraient alors appeler au boycott de toutes les compétitions organisées par la FIFA.

Quant aux morts qu’ils déplorent et condamnent à juste raison sur les chantiers du mondial, pourquoi omettre la responsabilité immense des multinationales toutes occidentales qui ont construit les stades et infrastructures pour la tenue de cette compétition ? Parce que le Qatar ne disposerait pas des protections juridiques légales des travailleurs immigrés ? Les instances occidentales, qu’elles soient politiques, idéologiques ou économiques n’arrêtent pas de se pavaner et donner des leçons sur leurs valeurs civilisatrices o combien supérieures, que ne les mettent-elles pas en œuvre lors de la réalisation des ouvrages qu’elles sont appelées à exécuter dans les pays du Sud, fussent dans le Golfe ? Plaideraient-elles à leur tour le fameux précepte qu’elles se sont inventées « responsables mais pas coupables » ?

En se « laissant » corrompre et en en profitant pour racketter le Qatar pour s’en mettre encore plus dans les poches, les instances de la FIFA ne font qu’appliquer à leur profit les pratiques séculaires des instances occidentales, tous domaines confondus, de mise sous coupe réglée, exploitation  et racket des pays du Sud.

Ce que le Qatar

a réussi à obtenir par la corruption tout en étant l’objet de racket devrait ouvrir dorénavant la voie à la banalisation de l’organisation du Mondial dans les pays du Sud et de son adaptation aux conditions climatiques et autres contraintes objectives de ces derniers, sans qu’il y ait dorénavant besoin de corruption, racket ni de faveurs particulières. Ce serait la moindre des exigences.

Un enchaînement des faits troublant

Quelques mois avant le début du Mondial, des fuites mettant sous les feux de la rampe le Qatar sont mises en route et touchant essentiellement l’intervention de l’OTAN en Libye. Celles-ci mettront en cause des personnalités françaises objets d’émoluments occultes de la part de ce pays d’où émane depuis près de deux décennies un parfum d’eldorado et de souffre.

Après cette entrée en matière, le Qatar se retrouve seul en scène pour son « achat » occulte du Mondial, sa gestion calamiteuse dans le traitement des travailleurs immigrés investis sur les chantiers des équipements et sur leurs conditions de séjour les apparentant à un servage sinon à de l’esclavage moderne, avec son lot surélevé de morts suite aux accidents du travail, oubliant au passage cette fois la responsabilité des multinationales occidentales engagées dans la construction de ces équipements et donc responsables des conditions de travail de leurs salariés, y compris de ces mêmes immigrés. Ajoutés au non respect des droits de l’homme tels que définis actuellement par les pays occidentaux et à la gabegie de dépenses carbone par ces temps de réchauffement climatique, cela vaudra, pour les associations, les organisations de gauche et les réseaux sociaux, autant de motifs sérieux et « nobles » d’appels à la condamnation du Qatar et au boycott du mondial.

Troisième moment dans cette montée en charge, quelques jours avant l’ouverture des jeux, apparaît, cerise sur le gâteau, l’exigence des droits LGBT et de leur affichage officiel en grande pompe. Complètement sonné, du moins espérait-on ou prétendant y croire, que le Quatar mis ainsi au pied du mur allait obtempérer et accepter cette incursion dans ce champ arabo-musulman si rétrograde, avec un échos mondial s’il vous plaît. Il n’en fût rien. À tous les niveaux, le Qatar finira par imposer le respect de ses valeurs ou ce qu’il entend comme tel.

Juste dans les tous derniers jours de la compétition, sont apparues, par une coïncidence parfaite, l’arrestation de la vice-présidente du Parlement européen et de ses proches et la perquisition de leurs domiciles. Avec toujours le Quatar et son réseau de corruption.

Rien, de bout en bout, ne lui aura été décidément épargné. Après avoir accepté le Quatar comme organisateur du Mondial 2022, ses dessous de table et ses contrats d’armements mirobolants, s’est-il agi, le moment venu, d’empêcher à tous prix ce pays, et sa civilisation honnie, de profiter des retombées o combien fastes de cet évènement mondial par son caractère passionnel, illustre, drainant pendant un mois l’attention de centaines de millions de fans et de milliards d’habitants de notre planète ?

Disons que le hasard fait bien les choses. Un tel enchaînement de révélations, pour coïncidences que cela puisse être, aussi bien dans leur enchaînement que dans leur contenu et leur contexte, laisse malgré tout rêveur à défaut de poser des questions.

Une petite réflexion suite à ces remarques.

Lors de la guerre du Golfe, les États-Unis forts de leur expérience en termes d’image pour l’issue d’une guerre, ayant su perfectionner toujours plus leur communication, ont mis en place cette la pratique des journalistes « Embedded ». Avec leurs tenues militarisées, embarqués ou accompagnés par les véhicules des soldats, encadrés de telle sorte qu’ils ne pouvaient voir le terrain que de leurs mêmes angles de vues, ils ne pouvaient en déduire dès lors que les mêmes représentations. Les journalistes, bon gré mal gré, consciemment ou non, devenaient les porte-paroles officiels de l’armée américaine. Nombre d’entre eux l’ont finalement compris et ont essayé de s’en extraire. Certains y ont réussi à force de persévérance et de sacrifices financiers et matériels.

Nous sommes confrontés aujourd’hui au même type de défi avec les lanceurs d’alertes et les fuites d’informations mettant en cause telle personne physique ou morale, telle entreprise ou tel pays. Les États-Unis, depuis les affaires Julian Assange, Chelsea Manning et Edward Snowden, ont appris que les seules répressions et autres accusations telles que le viol ou l’espionnage par exemple ne peuvent être efficientes  dans la lutte contre les lanceurs d’alerte et les dégâts incommensurables qu’ils peuvent causer. Plutôt que de se laisser subir, comprenant l’intérêt qu’ils peuvent en tirer, ne seraient-ils pas devenus à leur tour des « lanceurs » d’alerte pour donner suffisamment de « grains à moudre » pour orienter et occuper les esprits intéressés ? Leur place privilégiée dans la détention de l’essentiel, voire la quasi totalité de ce qui est détenu, stocké et analysé comme informations est entre leurs mains. Pourquoi se priver de créer à leur tour des lanceurs d’alerte « Embedded », de vrais faux lanceurs d’alerte, pour appâter puis en ferrer de vrais et, dans la foulée, de vrais journalistes d’investigations au-dessus de tout soupçon si possible en leur offrant ce fameux grain à moudre. Cela permet de créer les conditions d’une campagne de masse, par presse et associations civiles interposées, pour détruire, affaiblir ou soumettre une cible pré définie, à charge pour eux d’exploiter les circonstances, les événements, les imprévus pour les orienter et en tirer à leur profit les meilleurs intérêts. Point n’est surtout besoin d’un plan préconçu ni détaillé, il suffit juste d’ouvrir une boîte de Pandore, la nourrir au besoin, observer et savoir manœuvrer quand et où il faut, jusqu’à en tirer les bénéfices attendus. Pour résumer, susciter une dynamique, la suivre, l’orienter pour en tirer le meilleur parti possible.

LGBT, des droits à défendre ?

Pour entrer dans le vif du sujet, la mise en scène des droits LGBT, plutôt que de les servir, n’aurait-elle pas des objectifs bien moins honorables ?

Pour faire un détour par le Sénégal, pays que je connais quelque peu, l’intervention intempestive et publique de Barack Obama lors de sa visite officielle, prenant de court le président de la République Macky Sall dont il était l’hôte, pouvait-elle avoir pour but réellement de faire avancer la cause LGBT ? Ne cherchait-elle plutôt à éveiller et/ou susciter des clivages au sein de la société civile comme politique sénégalaise, chose à laquelle elle a effectivement aboutie ? Ainsi agressée dans ce qu’elle a de plus intime et qui, contrairement à l’Occident, n’a jamais eu pour tradition d’exposer publiquement son rapport à la sexualité, malgré une liberté sexuelle réelle, la société s’est crispée toutes griffes dehors. Une grande partie forte en communication, pouvoir d’influence et de nuisance, plutôt que de s’en prendre à un agresseur si puissant, de surcroît semblable par la couleur, exemple de réussite et source de fierté, a orienté son courroux contre celles qui sont à leur portée et pouvaient servir de souffre-douleur et d’exutoire, à savoir les personnes homosexuelles. Voilà un Sénégal, ce serait insulter l’intelligence de Barack Obama de prétendre qu’il eût pu l’ignorer, qui a toujours eu une gestion sociale inclusive de l’homosexualité comme de toute problématique minoritaire, se mettre vent debout, contre son histoire et ses traditions inclusives, pour rejeter et pourchasser une partie de ses enfants.

Ce que recherchait Barack Obama, ce n’était ni stopper ni contenir les demandes de visa pour les États-Unis (certes, beaucoup de sénégalais, connaissant les prétentions étasuniennes concernant les homosexuels, se donnaient le mot pour obtenir à un visa sous prétexte d’insécurité du fait de leur homosexualité). Les ressortissants américains au Sénégal, qu’ils travaillent dans le cadre d’ONG ou tout autre sphère, sont suffisamment bien introduits dans la société sénégalaise, urbaine comme rurale, sont formés à l’usage courant du wolof, pour ignorer la pratique sociale inclusive du pays. L’homosexualité existe dans tous les pays du monde et touche toutes les sphères sociales. Toutes les sociétés en ont une gestion plus ou moins heureuse, apaisée ou aléatoire selon les périodes et les circonstances. Il n’est pas loin le temps où l’Occident traitait les homosexuels comme des malades mentaux, les emprisonnait ou les internait dans des hôpitaux psychiatriques pour prétendre maintenant s’arroger le droit de se donner encore une fois en donneur de leçon et d’exiger des autres pays qu’ils se soumettent à leur propre agenda et leurs réglementations spécifiques.

L’intervention d’Obama au Sénégal les a mises dans un insécurité pour de bon et réelle cette fois, le temps que cela durera. Cet état favorisera, non plus la seule multiplication des demandes de visa mais aussi la recherche de protection sur place. Ce seront dès lors autant de protégées des États-Unis que des alliées et des relais de pouvoirs et d’influence. Les États-Unis ont l’art de créer des foyers de tensions pour développer, élargir et consolider leurs réseaux d’influence et de soft power. C’est un de leurs relais de puissance essentiel.

Cette campagne anti Qatar qui aboutit pour partie sur cette prétendue défense des droits LGBT devrait être analysée en regard de cette expérience sénégalaise.

La prétendue cause LGBT mise en avant par des acteurs civils n’a été qu’un moyen pour un ou certains États de créer des foyers de tensions dans les pays du Proche et Moyen-Orient, sources de nouveaux relais d’influences et de pouvoirs au profit des suprématistes étasuniens. Les acteurs civils consentants, volontaires et fiers de leurs actions n’en ont été que des pions.

L’édition 2022 du Mondial et la tectonique des plaques

Secoué par une déferlante de tempêtes, y compris dans le choix du moment de l’arrestation de la vice-présidente du Parlement européen et de ses proches, suivie par la perquisition de leurs domiciles dans la dernière phase des jeux suite à des révélations avérées de corruption, le Qatar a refusé de plier et a imposé le respect de ses valeurs et de ses traditions. Il faut souhaiter au passage, que la lutte anti corruption au niveau des instances européennes ne s’arrêtera pas aux quelques personnes incriminées. On est en droit de douter qu’une telle profusion d’argent liquide, à un temps T, bien rangé dans des sacs, n’est pas destinée à ces seules personnes – celles-ci ont déjà leurs comptes off shore  bien pourvus – et qu’elles sont en réalité aussi des « porteuses de valises ». Il faut espérer que l’enquête en cours ne leur sera pas circonscrite et finira par en révéler toutes les mailles. D’autres pays ou entités et d’autres réseaux trempent très certainement dans la corruption pour arriver à leurs fins. Précisons aussi que l’argent lui-même n’est qu’un moyen parmi d’autres à cet égard. Un autre moyen honorable, insidieux et d’autant plus efficace est le lobbying. Ces officines sont pléthore à Bruxelles, disposent de moyens humains, techniques et financiers gigantesques et en face desquelles les parlementaires et autres personnels politiques finissent quasi systématiquement par composer, sinon adhérer à leurs vues, contre privilèges divers en nature et promotions bien sûr, ou alors quelque bâton si possible dans les roues. Il y aurait six à sept lobbyistes pour un parlementaire européen. C’est dire leur surpuissance.

Pour revenir au mondial, les victoires significatives d’équipes de pays du Sud, hors Amérique du Sud, contre des géants du football, couronnées par l’envolée du Maroc qui a su faire reculer d’un cran géant le plafond de verre, montrent combien le potentiel est fort pour bouleverser, là aussi, l’ordre mondial, dans ce sport si populaire. L’un des écueils essentiels qui se dresse pour transformer ce potentiel en réel est d’oser s’engager à réussir à déconstruire cette chape inscrite en eux d’y aller l’esprit « perdu d’avance » quoiqu’ils puissent en reconnaître, cette mésestime de soi qui ronge et embrume. On peut dire malgré tout que des brèches importantes y ont été créées. En cela aussi ce mondial aura été symbolique de ce lent basculement des mondes en cours depuis quelques décennies et qui traverse actuellement une période d’accélération.

Scandre HACHEM

Le 2 janvier 2023

scandre1@hotmail.com

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres Articles

CHRONIQUE BLASÉE

CHRONIQUE BLASÉE

Monsieur le Président, des sanctions plutôt que des condoléances !! Pourquoi des condoléances de Macky Sall à la suite de l’accident de deux autobus...

CHRONIQUE RÉSILIENTE

CHRONIQUE RÉSILIENTE

La Confiance n’exclut pas le Contrôle… Économique… « L’indépendance n’est pas l’acte isolé d’un jour, mais un combat permanent, qui se gagne...

LEÇONS D’UN SCRUTIN

LEÇONS D’UN SCRUTIN

Depuis de nombreuses années, l’Afrique offre l’image peu reluisante de la seule partie du globe où une élection semble toujours annoncer la fin du...

Tragique destin

Tragique destin

FOLLE AMBIANCE Plusieurs interventions d’intellectuels, d’hommes politiques et de journalistes publiées ces dernières semaines sur la toile, ont...

Tam tam et fanfares

Tam tam et fanfares

« Si Voter, Servait à Quelque Chose…Il y a longtemps qu’ILS L’AURAIENT INTERDIT ». ColucheElections… Piège Abscons !!! D’abord, je n’ai pas dit ça...

Tam Tam roulant …

Tam Tam roulant …

Pour que les Violons des Infrastructures ne nous Servent pas d’Urinoirs. « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en...

Discours sur le Joola

Discours sur le Joola

Monsieur le Président de la République, Dans votre adresse à la Nation suite à la tragédie qui a emporté plus d’un millier de nos compatriotes et...

Camouflet diplomatique!

Camouflet diplomatique!

Le Ministre des Affaires étrangères Sidiki Kaba avait, semble t-il, de bonnes raisons de se lamenter… au Mur des lamentations (!)  à l’occasion de...

Le Sénégal à coeur !

Le Sénégal à coeur !

Les mots, dits ou écrits, sont les véhicules qui transportent nos idées, nos pensées. Ils trahissent souvent nos émotions. Ils lèvent parfois le...

Jeu politique et hors-jeux…

Jeu politique et hors-jeux…

« Politique ? Po la tiggi ! » entend-on dire parfois « La politique, c’est vraiment un amusement, un jeu. » C’est ainsi que je tenterai de traduire,...