LEÇONS D’UN SCRUTIN

Mamadou DIOP

Depuis de nombreuses années, l’Afrique offre l’image peu reluisante de la seule partie du globe où une élection semble toujours annoncer la fin du monde. Au point qu’on peut se demander si nos Etats, plus exactement ceux qui les dirigent ou aspirent à le faire, sont préparés aux contraintes du  jeu démocratique. Voyez-vous, la France a organisé cette année une élection présidentielle et des élections législatives et, à chaque scrutin, les résultats sont sortis le jour même sans remous.

On va être tenté de me rappeler que dans la grande Amérique, l’élection présidentielle de 2020 a failli déboucher sur une guerre civile avec l’invasion du Capitole par des fans fous furieux de TRUMP. N’est-ce pas là l’exception qui confirme la règle, puisque ce spectacle qui n’a pas fini d’étonner le monde, n’a été rendu possible que par la présence à la tête du pays d’un TRUMP qui était allé jusqu’à refuser d’accueillir son successeur à la Maison Blanche ? Nul, en effet, ne peut contester la solidité des Institutions américaines dont une démonstration a été offerte au monde à cette occasion.

Chez nous, après plusieurs décennies d’indépendance, on en est à une confusion totale des jeux de pouvoir entre, d’une part, ceux qui détiennent les leviers de l’Etat et qui en abusent à leur guise, et, d’autre part, ceux qui aspirent, grâce au suffrage populaire, à les remplacer. Ceci tient à un net déséquilibre dans la répartition des pouvoirs entre les diverses Institutions de l’Etat dont deux, le Législatif et le Judiciaire, se sont affaissées devant la troisième, l’Exécutif, qui est la seule incarnée par un homme, le président de la République.

C’est bien pour cela que le Parlement vote tous les projets de lois que lui transmet (ou lui impose) l’Exécutif, et que les Cours et Tribunaux émettent des « avis » ou des décisions allant toujours dans le sens souhaité par ce dernier. On a ainsi créé une rupture de confiance entre le Peuple d’un côté, et les Institutions capitales dans une démocratie de l’autre. Voilà qui, à n’en pas douter, constitue une grave menace pour la stabilité du pays comme on l’a vu en juin 2011 et en mars 2021. Ce qui s’est passé avec les listes de l’opposition la plus représentative à l’occasion des dernières législatives, aurait pu constituer une nouvelle occasion de faire basculer le pays dans le précipice.

L’histoire ne nous offre point l’exemple d’un pays qui, à l’occasion d’un scrutin, a vu dans les listes de l’opposition des suppléants se substituer aux titulaires à seule fin d’éliminer de la course des leaders dont la légitimité ne faisait aucun doute.

Cette forfaiture avait provoqué tant de stupeur dans l’opinion que des voix autorisées s’étaient levées pour exiger le report des élections afin de permettre une correction, nettement minime, des listes en cause. Rien n’y fit et on se demande d’où les membres du Conseil constitutionnel tirent leur nom de « Sages ». La sagesse ne consiste-t-elle pas à rechercher les voies et moyens d’instaurer la Paix, surtout dans un contexte où les esprits sont échauffés par un chômage effrayant des jeunes, un coût de la vie frustrant, des secteurs de la Santé et de l’Education en crise, des scandales touchant les sphères les plus élevées de l’Etat, des crimes quotidiens que la presse relate sans délicatesse, la menace de frappes terroristes ?…

Ce qui frappe au Sénégal, c’est l’absence totale d’élégance et de retenue dans les actes et les déclarations politiques. Rien de ce qu’on voit ou entend ne va dans le sens de la recherche de solutions aux problèmes les plus urgents du pays. Les menaces contre l’adversaire, que l’on considère comme un ennemi mortel, sont proférées publiquement par des énergumènes qui n’encourent aucune poursuite et on recourt trop souvent aux services de nervis prêts à casser des manifestants.

On a même entendu un véritable appel au meurtre contre le leader de l’Opposition martyrisé déjà par des actes plus vilains les uns que les autres : limogeage, accusations de détournement de fonds publics, de viol puis d’ethnocentrisme, interdiction de sortir du territoire, blocus de sa maison…Il ne faut pas oublier les nombreux corps ramassés sur les lieux des manifestations pacifiques de l’opposition, les arrestations de Députés et de Maires…

Voilà que quelques heures après la clôture des bureaux de vote, la tête de liste de la coalition au pouvoir criait déjà victoire ce qui lui valut une riposte foudroyante de Khalifa SALL et de Déthié FALL. Elle ne se doutait pas que cela pourrait mettre le feu aux poudres, malgré les hautes fonctions (ministre de la Justice, Premier ministre puis présidente du Conseil économique, social et environnemental) qui ont été les siennes sous le magistère de son mentor.

Ce dernier lui-même avait-il donné le bon exemple en recevant publiquement un malfrat qui avait emporté la liste d’une coalition dont il était le mandataire ? Est-ce qu’un chef d’Etat conscient de ses responsabilités envers la Nation peut se permettre de recevoir en audience des Maires élus sur des listes de l’Opposition au lendemain du scrutin local ?  Au demeurant, cela ne lui a pas porté bonheur puisque ces Maires ont été laminés dans leur propre bureau de vote.

Il faut s’attendre à tout de la part d’un chef d’Etat qui avoue publiquement avoir mis sous le coude des dossiers brulants qui auraient du être transmis à la Justice.

S’agissant de mauvais exemples, le Parlement n’est pas en reste qui, non content d’amener les Sénégalais à s’interroger sur son utilité, s’est signalé ces dernières années par des scandales qui ont plusieurs fois défrayé la chronique : passeports diplomatiques, faux billets…

Faut-il en ajouter ? Voilà donc les facteurs déclenchants de la rupture brutale qui a marqué ces dernières années les relations entre les citoyens et leurs dirigeants. Cette rupture pourrait nous mener vers une situation ingérable qui pousserait certains membres des forces de défense à se poser en arbitres et organiser le putsch « baara yeggô » contre lequel un ex-officier supérieur a lancé récemment une alerte traumatisante. Nous n’en sommes pas encore là.

C’est bien notre système de gouvernance qui est malade et qui a besoin d’un traitement de choc que seul un leadership engagé et patriotique peut lui administrer. Cette nouvelle vision devra s’accompagner d’un rééquilibrage sans faille des pouvoirs des diverses Institutions afin d’assurer au pays une gouvernance transparente, équitable et tournée totalement vers la seule défense des intérêts du Sénégal.

Seul un Parlement bien élu, composé de députés représentatifs de la volonté populaire, serait à même de veiller à ce qu’il en soit ainsi d’une manière pérenne. C’est à cela qu’appellent le Peuple et ceux qui luttent pour sa libération.

Mamadou Diop

02.08.2022

Commentaires

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres Articles

CHRONIQUE RÉSILIENTE

CHRONIQUE RÉSILIENTE

La Confiance n’exclut pas le Contrôle… Économique… « L’indépendance n’est pas l’acte isolé d’un jour, mais un combat permanent, qui se gagne...

Tragique destin

Tragique destin

FOLLE AMBIANCE Plusieurs interventions d’intellectuels, d’hommes politiques et de journalistes publiées ces dernières semaines sur la toile, ont...

Tam tam et fanfares

Tam tam et fanfares

« Si Voter, Servait à Quelque Chose…Il y a longtemps qu’ILS L’AURAIENT INTERDIT ». ColucheElections… Piège Abscons !!! D’abord, je n’ai pas dit ça...

Tam Tam roulant …

Tam Tam roulant …

Pour que les Violons des Infrastructures ne nous Servent pas d’Urinoirs. « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en...

Discours sur le Joola

Discours sur le Joola

Monsieur le Président de la République, Dans votre adresse à la Nation suite à la tragédie qui a emporté plus d’un millier de nos compatriotes et...

Camouflet diplomatique!

Camouflet diplomatique!

Le Ministre des Affaires étrangères Sidiki Kaba avait, semble t-il, de bonnes raisons de se lamenter… au Mur des lamentations (!)  à l’occasion de...

Le Sénégal à coeur !

Le Sénégal à coeur !

Les mots, dits ou écrits, sont les véhicules qui transportent nos idées, nos pensées. Ils trahissent souvent nos émotions. Ils lèvent parfois le...

Jeu politique et hors-jeux…

Jeu politique et hors-jeux…

« Politique ? Po la tiggi ! » entend-on dire parfois « La politique, c’est vraiment un amusement, un jeu. » C’est ainsi que je tenterai de traduire,...